Un air de laissez-aller

Bon, vous avez sûrement pû le remarquer mais je n’écris plus d’articles depuis un bout de temps, je profite au maximum de ma petite aventure aux Etats-Unis mais je vous promets que cet été je rattraperai mon retard et j’écrirai toutes mes belles aventures!

SEE YOU SOON!

Entre Playa del Carmen et Cancun

Le 9, c’est dirección Playa del Carmen. Nous y arrivons en début d’après-midi après 4h de route si mes souvenirs sont bons. Après avoir entendu pas mal de temps pour avoir notre appartement (l’employé n’était pas très douée en calcul et communiquait par WhatsApp avec sa patronne qui était deux étages au-dessus et qui a finalement décidé de descendre nous voir directement), nous avons découvert les lieux. Cuisine, séjour, salle de bain, chambre, une autre chambre et une autre salle de bain, surprise ! Au final, on a utilisé une seule chambre avec un lit King Size. Pour vous dire la largeur du monstre, on était 3 dedans et on ne s’est pas touchées une seule fois pendant la nuit. Après la découverte, nous sommes allées faire des courses et vers 16h, nous avons mangé notre déjeuner, spaghettis bolo pour Margot et moi et tortillas/quésadillas pour Léa. Après ça, nous sommes allées nous balader un peu, découvrir la ville, le festival qui avait lieu au même moment où on y était. L’ambiance était très sympa. Nous sommes ensuite rentrées pour nous reposer, nous préparer, manger un petit bout et nous sommes sorties dans la rue la plus animée. Nous sommes allées à la Vaquita, et à deux autres endroits, histoire de découvrir plusieurs ambiances. Et après avoir dansé ce qu’on pouvait, nous sommes rentrées, pieds nus parce qu’en feu à cause de nos talons compensés. Le lendemain, petit déj comme en France, la qualité du pain en moins, nous avons découvert le SOLEIL. Amazing !!! On est allées à la plage pour se dorer la pilule toute la journée. Le soir, repas spécial : riz, champis, poulet et crème fraiche. Un délice que nous avons mangé devant Frozen. Puis après gros dodo !

9 10 playa

Dernier jour, c’est le moment de rendre la voiture à Cancun mais nous avons jusque 15h. Le matin, on range et nettoie tout puis on va se promener dans la rue piétonne de Playa pour acheter des souvenirs, faire des photos avec un bébé lion et bébé tigre, etc. Puis, on s’installe confortablement dans notre petite voiture, après l’avoir lavée, et on s’envole (ah non, on roule) direction Cancun.

9 10 playa1

Arrivées là-bas, voiture rendue, chambre découverte, on va faire un tour dans la zone touristique et on se pose sur la plage. Rien de plus reposant que ça. On regarde la nuit tomber et les couleurs changer et on rentre à l’hôtel. Nous décidons d’aller manger au restaurant juste à côté de l’hôtel. C’était bon mais c’était une mauvaise idée : que des hommes (presque) assez vieux y mangeaient et l’un d’entre eux, éméchés, voulait absolument parler avec nous. Lourdeur. Une fois le repas avalé, direction zone touristique, encore, pour profiter de notre dernière soirée entre copines !! Nous l’avons passée à La Vaquita, nous avons eu droit à une dédicace à la France par la vache mascotte, à des ballons en forme de fleurs, des sticks qui éclairaient de différentes couleurs. Nous avons beaucoup ri, meilleure soirée du séjour. Puis nous sommes rentrées car le lendemain l’avion nous attendait. Le lendemain n’a pas été très drôle, dire au revoir à notre Gomar à la gare pour prendre le bus pour l’aéroport n’a pas été facile.

11 cancun
Merci pour ce séjour inoubliable Margot & Léa !

Bacalar – Calakmul – Chetumal

Le 7, c’est direction Bacalar et sa lagune.

2h30 de route pour y arriver et de beaux paysages sur la route. Malheureusement, le soleil n’est pas vraiment au beau fixe. Nous arrivons au logement le midi, le propriétaire assez jeune est très sympa et nous laisse la chambre à disposition. Puis on décide d’aller manger quelques quésadillas sur la place et on fait un tour à la lagune, sur un petit ponton. Il ne fait pas très chaud à cause du vent mais on profite du calme et de la vue.

7 bacalar

Puis, on décide de se balader un peu, on découvre des ruines, des petits endroits plein de charme et on arrive à la maison culturelle du village. Quelques peintures et sculptures sont disposées dans une salle, il y a aussi une mini bibliothèque avec des livres assez vieux pour nous. Et ensuite, au son de la musique, nous avons découvert des petites filles apprenant à jouer des claquettes dans une salle. On est restées les regarder et l’une d’entre elles, qui a remarqué notre présence, a tout donné pour nous et a dansé en nous regardant et en souriant.

7 bacalar1

Après quelques applaudissements de notre part et des sourires en retour, nous sommes allées voir l’église du village, assez pauvre mais charmante. Nous sommes ensuite allées nous reposer à la chambre et le soir, nous avons rejoint une amie canadienne à Margot. Nous n’avions rien trouvé d’ouvert pour manger donc elle nous avait proposé de manger à la pizzeria près de leur auberge-camping mais malheureusement c’était fermé ce jour-là. Notre repas a donc été à base de pop-corn et notre soirée à base de feu de bois et discussions avec 3 québécois. « Vous garez la voiture, on parque le char ». On a découvert pas mal d’expressions canadiennes, c’était assez marrant. Et ensuite, ils nous ont raccompagnées à notre hôtel en cherchant au passage un endroit où manger quelque chose. Notre propriétaire devait nous ouvrir mais s’était endormi. On a donc dû frapper assez fort à la porte et demander à un mexicain dans la rue de l’appeler, car il le connaissait. Il a fini par nous ouvrir et nous avons pu aller nous coucher.

Le 8, c’est Calakmul au programme : une réserve de biosphère avec des ruines Maya. Nous pensions mettre 2h-2h30 pour y arriver, nous avons finalement mis 4h voire plus. Nous avons dû emprunter une route de terre parsemée de trous pour nous enfoncer dans une sorte de jungle. Une fois sur place, on découvre les ruines, on monte sur certaines.

8 calakmul-chetumal

L’une des structures sur lesquelles nous sommes allées fait plus de 45m de haut ce qui en fait une des plus hautes pyramides de la civilisation maya. La vue y était impressionnante, à se croire dans le livre de la jungle, comme on peut le voir dans le montage en-dessous. Ensuite, nous avons rencontré une petite famille de singes dans les arbres et nous avons essayé de prendre des photos mais c’est assez difficile puisqu’ils n’arrêtaient pas de bouger d’arbre en arbre. Après cette petite excursion, nous avons repris la route, pas vraiment prêtes à affronter 4h de route. Nous sommes passées par une zone militaire, comme à l’aller (où nous avions été contrôlées)  et nous avons eu une petite situation de stress avec Léa : lorsque nous sommes entrées dans la zone, il ne nous restait plus beaucoup d’essence, une barre et il n’y avait aucune station essence dans cette zone. Donc avec Léa nous avons stressé jusqu’à arriver à une station essence en essayant de faire des estimations de combien de kilomètres on pourrait faire. Stressant sur le moment, marrant quand on y repense.

8 calakmul-chetumal1

Une fois arrivées vers Bacalar, nous avons continué sans le vouloir jusqu’à Chetumal. Nous avons donc décidé de manger là-bas parce que, de toute façon, il n’y aurait rien d’ouvert à Bacalar village. C’est dans un restaurant italien que nous avons savouré nos petits plats. Sur le chemin du retour, je conduisais et j’ai malencontreusement écrasé quelque chose sur la route. Bah, bah, bah. Rien qu’à l’idée d’y repenser, je me sens coupable.

Tulum, ses ruines et ses cenotes

Le lendemain c’est-à-dire le 5, petit dej continental : très bonne omelette au jambon et jus d’orange frais ! J’adore ! Le soleil pointe le bout de son nez donc on décide d’aller aux ruines de Tulum le matin. Ce sont les seules ruines au bord de la mer si je me souviens bien. Le paysage est magnifique, l’eau est bleu turquoise, et on découvre le point de vue mythique que l’on peut retrouver sur les cartes postales. On décide après la visite de descendre car il y a une petite plage en contre-bas. Nous nous sommes baignées, enfin juste les pieds puis nous sommes remontées. Une petite pluie passagère en option bien sûr et la chute de Léa qui s’est fait quelques bobos. Mais heureusement rien de grave à déclarer !

5 6 tulum ruines akumal cenote

On prend un subway près du parking et on prend la voiture direction Akumal, la plage des tortues et raies. Le soleil est revenu, on s’installe sur la plage, mange notre sandwich et admire la belle vue qui s’offre à nous.  On va ensuite prendre des masques et tubas pour aller voir les fameuses tortues. J’ai eu l’occasion d’en voir deux et Léa a pu en voir plus ainsi qu’une raie avec un mini-requin accroché. Pendant que Léa était dans l’eau avec Margot, épisode de pluie et mission possible pour moi de mettre toutes nos affaires à l’abri en attendant que ça se calme. Une fois sorties de l’eau, le soleil était revenu. Nous sommes restées sur la plage jusqu’à ce que le jour commence à tomber. Les couleurs étaient magnifiques. Le soir, nous sommes allées manger une pizza à un restaurant italien où le personnel n’était pas du tout agréable. Puis, nous avons entendu de la musique dans la rue. Il y avait une sorte de « soirée » cubaine. Musique live, chansons cubaines, mexicains qui dansent très bien, ce petit show était très agréable à regarder.

5 6 tulum ruines akumal cenote1

Le 6, il ne fait pas beau, encore. Nous n’avons définitivement pas de chance avec le temps pour le moment… C’est pas grave, on a plus d’un tour dans notre sac. On décide alors d’aller dans une cenote couverte. Une cenote est une sorte de « gouffre » rempli d’eau douce. Nous sommes allée à celle appelée « Dos ojos » parce qu’il y a en deux. L’eau n’était pas très chaude mais le cadre était là. Avec les masque et tuba, nous avons pu nous rendre compte de la profondeur des cenotes, on pouvait voir les plongeurs bien plus profonds que nous. Ca faisait un peu Tom Raider, je l’avoue. Après ça, nous sommes retournées au centre de tulum, mangé dans un petit restaurant coloré et nous avons pris une excellente crêpe au nutella en dessert. On s’est ensuite un peu promenées dans la rue principale, dans les nombreuses boutiques (de souvenirs principalement) et on est rentrées pour regarder un petit film. Ensuite, nous avons voulu retourner au restaurant du midi pour prendre une petite crêpe mais lorsqu’on est arrivées, ça fermait. Nul… Du coup, Léa a mangé quelques quésadillas et nous sommes rentrées.

5 6 tulum ruines akumal cenote2

Petit commentaire sur l’hôtel: un des employées était tout petit, en charge de l’accueil et il avait des énormes orteils, quatre à cinq fois plus gros que les nôtres, amazing!

Début d’une aventure mexicaine, le 2 janvier

Le 2 janvier, je suis partie pour CANCUN.

Après une heure environ de transport en commun dans Paris, j’arrive à l’aéroport où il y avait beaucoup trop de monde à mon goût. Un bagage perdu a causé ce petit dérangement. Heureusement, je suis arrivée à l’heure à la porte. Arrivée à New York, passage à la douane, récupération de la valise et enregistrement pour Cancun. Mauvaise nouvelle : retard pour Cancun car l’avion venait de Boston, ville de malédiction. Vers 2-3h du matin, enfin arrivée à Cancun, plus de batterie sur mon portable. Léa est-elle toujours en train de m’attendre désespérément à l’aéroport ? OUIII, Bibi est là ! Un taxi nous amène à notre hôtel, très clean, très blanc, avec 3 lits deux places à notre disposition et on fait un bon gros dodo. Sur la carte ci-dessous, voilà un aperçu de la zone où nous sommes au Mexique.

Prevision-d-un-circuit-a-faire-en-2-semaines

Le 3, réveil en douceur et… sous la pluie… Oui, nous n’avons pas vraiment de chance. Mais excitées par le voyage, on décide d’aller à la plagene portant que spartiates, short et débardeur parce que, oui, il y a eu des éclaircies. Mais sur le chemin, rebelote pluie, mais on ne renonce pas. Nous avons marché un peu plus d’une heure sous une pluie diluvienne. On était littéralement trempées et désespérément en train d’essayer de trouver un endroit où marcher. Il faut savoir qu’au Mexique, il n’y a pas vraiment de trottoirs et il n’y a pas d’égout donc autant vous dire que sur les côtés de la route, c’est une piscine. On a décidé de s’arrêter à un Holiday Inn pour manger, essayer de se sécher et de trouver un peu de chaleur humaine ! Nous avons pris un menu buffet pour nous réconforter et après cela, nous avons décidé de prendre le bus pour aller dans la zone hôtelière, zone où nous voulions aller au départ, zone que nous ne pensions pas très loin de notre hôtel. ERREUR. Après 5-10 minutes de bus, nous nous sommes arrêtées à une « Plaza », zone où il y a des magasins, boites de nuit, plage avec accès public. Nous avons découvert les grands magasins de souvenirs avec n’importe quoi à l’intérieur (cf le montage), les mexicains qui vous accostent dans la rue pour vous convaincre que leur boutique est la meilleure, que vous devriez manger dans CE resto. Nous avons ensuite pris une photo dans un piment géant, oui oui, et découvert le Hard rock Café.

3 cancun

Et après avoir acheté un petit paréo qui nous servira de serviette de plage pour le séjour, nous sommes allées en bord de mer. Beaucoup trop de vent mais belle vue tout de même. Nous sommes ensuite rentrées à l’hôtel pour nous remettre de nos émotions et nous avons mangé juste en face. Je ne sais pas si on pouvait appeler ça un resto, c’était une minuscule cuisine ouverte sur l’avenue et sur une dalle en béton où étaient disposés différents types de chaises et tables. Nous avons pris des quésadillas pas du tout, du tout chères et les propriétaires étaient très contents de nous accueillir. Ça nous a fait plaisir de dépenser ces quelques pesos pour ces gens qui avaient leur petit garçon qui dormait à même le sol juste à côté de la cuisine.

collage

Le lendemain, il pleut encore. On prend notre temps car nous avons réservé la veille une voiture pour 14h, pas très loin de notre hôtel en bus. On regarde un peu Ariel la petite sirène en espagnol, bien marrant. Après avoir check-out notre chambre, valise et courage en main, on brave les flaques d’eau, se  fait arroser par un camion, on se démène à essayer de marcher avec notre valise (j’avoue qu’on a juré quelque fois en l’absence de ces trottoirs). On trouve un arrêt de bus, prenons le bus. Essayez de monter la dizaine de marches du bus en spartiates avec une valise de 23kilos. Mission impossible mais heureusement les mexicains étaient là pour nous aider. On arrive près de la gare de bus, où nous sommes supposées prendre la voiture mais on est en avance et on a faim. On va donc au Mac Do pour prendre un bon déjeuner et se remplir le ventre avant de prendre la route. Contentes à l’idée de retrouver notre chère Margot, on va à la gare mais là, impossible de trouver quelqu’un pour nous indiquer où prendre les clés. Je finis par demander à un chauffeur de taxi qui nous dit qu’en réalité, ce n’est pas à la gare de bus qu’il faut récupérer la voiture. Il nous indique la route : c’est à 4 blocs, dans cette direction. On marche, on galère, on continue à marcher sous le regard bizarre des mexicains. On préfère demander à une autre agence de location où est la nôtre mais il ne la connait pas. Les mexicains ne sont pas très au courant de ce qu’il se passe autour d’eux, à savoir. Je finis par avoir notre agence au téléphone et demande au vieux monsieur de l’agence où nous nous sommes arrêtées de demander l’adresse de l’autre agence. Une fois l’opération réalisée, on repart à la recherche de ce mystérieux endroit. Après avoir bataillé avec notre valise, on voit enfin l’agence mais il y a des travaux devant. On y est presque ! Et là, mon pied s’enfonce littéralement dans une espèce de plâtre, pâte blanchâtre sous les yeux d’un mexicain qui ne fait rien pour m’aider. On rentre dans l’agence, Léa montre notre réservation mais après quelques minutes, l’employé nous dit qu’il n’y a pas de voiture, qu’il fallait appeler avant (chose qui n’est pas du tout précisée dans le mail de réservation). Après lui avoir dit que ce n’était pas normal, sans qu’il veuille nous écouter, nous sommes parties (en rage). On a décidé de revenir voir le petit vieux  de l’agence d’avant. Oups, c’est l’heure de la sieste, il est parti… Un mexicain nous a alors gentiment amené à une autre agence en échange de quelques pesos. Après des négociations, essais de valises dans les voitures, etc, NOUS AVONS UNE VOITURE. On prend alors la route direction Tulum pour voir Margot !!! On arrive le soir à l’hôtel et y découvrons une Margot toute contente et bronzée et une chambre avec 4 lits deux places.  Byzance ! Seul point négatif, il fait très très humide et nos affaires de Cancun n’ont toujours pas séchées. Nous sommes allées manger dans un restaurant mexicain très sympa et très bon puis nous sommes rentrées nous coucher.

IMG_0238

Frozen Boston #3 and #4

D’Harvard au Seaport District

Jour 3, direction Harvard ! On saute dans le métro et une dizaine de minutes plus tard, nous voilà à Cambridge. MAIS impossible de rentrer dans le Harvard Yard. Pourquoi ? Alerte à la bombe, normal ! Plus tard, j’ai lu qu’un étudiant avait averti la police et l’école comme quoi il avait posé une bombe. En réalité, il n’avait rien posé du tout, juste un stratagème pour reporter les exams !

day 33

Plan B oblige, nous allons acheter un plan d’Harvard pour voir ce qu’on peut faire à la place. On fait un tour, tente de rentrer dans le Mémorial Hall (deuxième photo, en partant d’en haut à gauche du montage) mais c’est un échec. On a besoin d’avoir une carte étudiante de l’université pour pouvoir rentrer. Zut ! On va donc voir le musée d’histoire naturelle mais nous ne faisons pas la visite. Le musée est plus orienté pour les enfants. On fait alors un tour au Bookstore, très ancien, puis on va manger au Mr. Bartley’s Burger, meilleur burger des Etats-Unis. Sur la carte, les noms sont très originaux : The sexy rexy Ryan, The Economy A Real, The obamacare (nobody knows what’s in it ! Ask the liberal sitting next to you) à $3 Trillions hahaha, etc.

day 34

Une fois l’alerte passée, on peut enfin rentrer dans le Harvard Yard. On pose au pied de la statue de John Harvard. Ensuite, on a traversé Charles River pour voir la Business School d’Harvard, normal pour nous (montage ci-dessous). C’est de nuit qu’on la découvre mais nous ne rentrons dans aucun bâtiment. On retourne au métro, prend des photos de Charles river au passage. Une fois à l’auberge, on se prépare pour aller au TD Garden voir un match de Basketball !!! Les Celtics de Boston contre les Timberwolves du Minnesota. Les Celtics ont gagné grâce à nos encouragements et “de-fense!”, of course ! Le manager de l’auberge nous expliquait les règles pendant le match pour qu’on comprenne, très sympa ! Pour ma part, et j’en suis plutôt fière, j’ai réussi à attraper une balle de basketball en mousse qu’ils lançaient du haut du stade. On est ensuite rentrées à pied, dans le froid, en parlant à une Australienne qui rentrait aussi à l’auberge.

day 35

Day four, last but no least!

Le froid nous attaque sévèrement, on ne sait pas quoi faire parce qu’on a peur de devenir des glaçons. On décide de se rendre au Seaport District pour avoir une vue de Boston mais prises par le froid, nous rentrons nous réchauffer dans la Moakley Federal Courthouse. Les employés de la sécurité ont été très sympas avec nous. Nous avons laissé nos appareils électroniques pour aller un peu à la bibliothèque et voir ce qu’on pourrait faire comme visite. Après quelques recherches, on décide d’aller manger à Panda Express.

day 43

C’est maintenant l’heure de retourner à l’auberge pour récupérer nos sacs et prendre le métro direction l’aéroport ! On arrive là-bas, contentes de quitter ce froid. Mauvaises nouvelles : snowstorm = retards ou vols annulés et le lendemain, je dois prendre mon avion pour la France. Le nôtre a 2h de retard et nous avons une correspondance… On finit par décoller vers 23h-minuit. Autant vous dire que notre correspondance nous est passée sous le nez. Nous avons dormi à Baltimore, dans un Best Western Hotel avec deux lits doubles pour nous. Le lendemain matin, on décolle pour Rochester, David, un étudiant, vient nous chercher. Je me dépêche de finir ma valise pour la France et David me reconduit à l’aéroport vers 15h. Je passe ma vie dans les avions !

Vocation pour être hôtesse de l’air ? Très peu pour moi !

Frozen Boston #2

Tout en douceur, tout en fraicheur!

Réveil tranquille, au chaud (pour le moment). Petit déj puis on se prépare et s’arme pour le froid. Double paires de chaussettes entre autres. Direction Beacon Hill à pied. Le trajet s’avère un peu plus compliqué que prévu avec la neige et le gel. Nous faisons attention de ne pas tomber, ce serait bête de casser une jambe maintenant.

day 23

On remonte Charles Street avec précaution jusqu’à Charles Street Meeting House. Arrivées là, on tourne à Mount Vermon, y découvre Louisburg Square où les résidents s’affairent à déblayer leur trottoir et voiture. Les pieds congelés, on marche sur la route, les trottoirs étant impraticables : gel + pente = impossible de monter sans tomber ou glisser ! On découvre aussi Brown House qui est très différente des maisons victoriennes de ce quartier très British. On prend ensuite Chestnut Street pour y voir trois maisons d’architectes de Boston : les numéros 13, 15 et 17, style XIXe siècle. Nous allons ensuite jeter un coup d’œil à la plus ancienne maison, numéro 23, dont les vitres ont une teinte violette, peut-être expliquée par un excès de manganèse. On remonte ensuite Charles Street jusqu’à Liberty Hotel où on se réfugie, littéralement fri-go-ri-fiées… ! Cette ancienne prison a été réhabilitée en hôtel de grand standing, de très bon goût.

day 24

Après s’être réchauffées, on décide d’acheter le pass 7 jours de métro parce qu’on souffre vraiment trop du froid… Via métro, donc, on se rend à Copley Square. On y découvre John Hancock Tower, la plus haute tour de la Nouvelle-Angleterre. Le reflet de la Trinity Church, apparent sur la paroi vitrée, est trop beau ! On marche un peu et décide de rentrer dans Prêt à Manger pour une bonne soupe. Une bonne heure plus tard, on ressort, à contrecœur (adieu chaleur…). Nous remontons Dartmouth Street, se promène un peu sur Newbury Street remplie de magasins, Commonwealth Avenue et Marlborough Street où on y découvre des maisons victoriennes. On prend ensuite le métro pour aller découvrir le Fenway Park où les Red Sox jouent. Les alentours sont un peu glauques. On fait le tour puis on rentre, fatiguées. Je me décongèle les pieds, à la limite du violet, sous la douche puis coup de barre ! Nous nous faisons un plat de pâtes gratuit, bon repas de flemmardes du Dimanche (jour de repos) puis nous filons sous la couette.